LA PAROLE EST A LA COMMISSION DES EXPLOITANTES – N° 2 – AVRIL 2020

 

Serrons-nous les coudes, soyons solidaires.

 

Voilà des mots beaucoup entendus en cette période de coronavirus.

Alors qu’on entend d’un conseiller fédéral, de surcroît agriculteur, qu’il veut assouplir les contrôles et augmenter les contingents d’importation de l’œuf, on est en droit de se poser des questions :  Est-ce un 1er avril ? Les poules suisses seraient-elles touchées par la pandémie ? A l’approche de Pâques, est-ce une manière de faire peur aux consommateurs ? Vont-ils se ruer sur les œufs, comme ils se sont emparés des rouleaux de papier de toilettes, de farine, de pâtes ou de levure ?

Chers concitoyens, ne vous en faites pas. Nous ne sommes pas en pénurie de denrées alimentaires ! Notre canton dispose d’une richesse phénoménale en ingrédients locaux, que ce soit dans les cultures maraîchères, fruitières, viticoles, dans la production laitière et dans l’élevage.

Depuis plus de vingt ans, les marchés paysans s’engagent pour la promotion et la vente des produits directement du producteur au consommateur.

De nombreux agriculteurs proposent leur production en vente directe et depuis la pandémie du coronavirus, l’alimentation est devenue une priorité pour nos concitoyens.

Les agriculteurs ont su rapidement s’adapter à cette crise et ils sont encore plus nombreux à proposer leur fruits, légumes, viandes, vins, œufs en vente directe.

L’affluence est souvent grande dans les marchés à la ferme ces dernières semaines. N’hésitez pas à aller voir sur le site de l’association www.marchepaysan.ch ou à vous renseigner autour de vous pour trouver des adresses où vous ravitailler en produits locaux.

Les consommateurs peuvent faire confiance aux divers producteurs, car comme mentionné les poules, bovins, salades, légumes, fruits, etc ne sont pas touchés par ce virus.

 

Alors serrons-nous les coudes et restons solidaires