Notre histoire

timeline_pre_loader

1929

Lors de la crise, les prix du lait, du blé, des porcs se mettent à chuter pour nos exploitations agricoles. Quelques femmes dynamiques et entreprenantes décident d’aider les paysannes à se procurer un revenu annexe grâce à l’écoulement de leurs fruits en créant une fabrique de confitures.

1930

Pionnière de la lutte pour le droit des paysannes et des femmes Augusta Gillabert-Randin encourage de la formation professionnelle.

Ecole ménagère et l’apprentissage ménager rural ont été mis sur pied.

A de nombreuses reprises, Augusta Gillabert-Randin prendra sa plume aguerrie pour faire avancer la cause. Ces nombreux articles seront notamment publiés dans la Terre Vaudoise, ancêtre du journal Agri et l’industrie laitière suisse, périodique de l’organe romande de l’Association centrales des producteurs suisses de lait.

1931

Fondation l’Association des paysannes vaudoises (APV) qui initialement avait été dénomméel’Association agricole des femmes vaudoises.

A ses débuts, l’Association est composée exclusivement de paysannes et femmes rurales, de véritables ambassadrices du monde agricole. Cependant, comme une grande partie des membres a des liens directs avec l’agriculture, les non-paysannes sont rapidement admises dans les rangs de l’APV, apportant ainsi enrichissement et élargissement des activités.

1945

L’épisode des confitures plein d’embûches, de tracas et de mauvais résultats financiers se termine après dix ans de fabrication, par le remboursement des dettes et la cessation de cette activité.

En dépit de l’énergie dépensée dans la bataille des confitures, les responsables de l’association se préoccupaient déjà très sérieusement de l’information et de la formation des paysannes : les cours sont ainsi autant un moyen de se distraire que d’apprendre.

1970 - 2000

Tout en modernisant leurs outils de travail comme leurs conditions de vie, les membres de l’APV sont restées au fil des ans gardiennes du savoir-faire et du savoir-être de nos régions. C’est une des raisons pour lesquelles l’Association des paysannes vaudoises participe à de nombreuses manifestations où ce savoir-faire est tout autant apprécié que les pâtisseries…

Les relations intergénérationnelles sont d’ailleurs un atout non négligeable dans la transmission de tous ces savoirs.

A ce jour...

L’emblème de l’abeille convient à merveille pour symboliser les membres de notre Association et les Vaudoises le représentent fièrement.

Véritables ambassadrices du monde agricole, paysannes et femmes rurales s’engagent sur tous les fronts pour la promotion de diverses produits agricoles, notamment pour le jus de pommes, huile de colza, les œufs et les pommes de terre. Ainsi que pour les traditionnels cours de cuisine, coutures et conférences, sans oublier la défense des intérêts agricoles, du statut de la paysanne et l’enseignement professionnel. Aux quatre coins de notre canton l’Association des paysannes vaudoises qui regroupe aujourd’hui près de 6000 membres, réparties en 75 groupes APV, s’activent avec toujours le même dynamisme dans toutes sortes de manifestations.

A ce jour, L’APV est toujours en adéquation avec les buts qu’elle s’était donnés :

  • favoriser le rapprochement et la compréhension entre les milieux citadins et ruraux
  • encourager l’esprit de solidarité et d’entraide entre ses membres
  • d’offrir une formation continue et culturelle à ses membres
  • promouvoir une alimentation saine et de proximité « du champ à l’assiette », ainsi que les produits du terroir
  • défendre les intérêts agricoles
  • reconnaissance du statut et du travail de la femme paysanne
  • encourager la formation professionnelle de la paysanne